HUIS

Un HUIS s’ouvre sur une maison en Flandre. Une pièce austère où des vieillards dorment d’un sommeil agité, attendant ce qu’ils ne voient pas venir. L’un d’eux – le guetteur – se lance dans une périlleuse escalade pour atteindre la petite fenêtre au haut du mur. Il décrit l’arrivée d’un étrange cavalier : c’est la Mort. Qu’entreprend-on encore dans la vie quand la mort s’approche au galop ? Et qui ne ferait pas la fête en découvrant qu’elle est venue pour un autre que vous ?

Un HUIS s’ouvre sur une maison à Jérusalem. Une pièce austère où des femmes en deuil s’abritent du chaos qui règne dehors. La ville est sens dessus dessous après la crucifixion. Entre le chagrin et le désespoir se glissent les interrogations cruciales : Qui, entre toutes ces femmes, l’aimait le plus ? Et qui, entre toutes, aimait-il le plus ? Jusqu’à ce que la mère du crucifié se traîne en rampant à l’intérieur.

Dans ce diptyque, Josse De Pauw met en scène une adaptation de deux pièces tragi-comiques de l’auteur belge Michel de Ghelderode (1898-1962), Le Cavalier bizarre et Les Femmes au tombeau. Jan Kuijken compose une œuvre pour grand orchestre qui sera enregistrée. Sa composition se marie au paysage sonore pour déboucher sur une "musique-de-film-pour-théâtre". Dans le premier volet, les mots doivent se frayer violemment un chemin à travers la musique, dans le second, ils se font porter par des lignes de chant presque liquides. Un spectacle de théâtre qui passe du grotesque à la fragilité éthérée. Un guignol biblique.

  • "Ce HUIS est comme un grand poème musical, des tableaux de chairs et de mots. Macabre et joyeux."  - La Libre
  • "Une musique de cathédrale (Jan Kuijken) s'élève dans le ciel ... Josse de Pauw n'a qu'une église, celle de la beauté, celle d'un théâtre très musical, inspiré, celle d'une humanité souffrante et d'une vitalité crue." - Le Nouvel Observateur
  • "Le regard acéré que pose de Ghelderode sur nos petits côtés mesquins va comme un gant à Josse De Pauw. Il manie très bien l'humour sans ménagement, situé quelque part entre la mélancolie obtuse et l'acceptation bienveillante." – De Standaard
  • "HUIS (….) offre pour le moins un nouveau souffle au théâtre musical en tant que genre."  – De Morgen
Un souffle passe dans tous ce spectacle qui n’est pas seulement celui du vent dans les arbres. Du très grand art.
Les Inrocks
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS
HUIS

Distribution

  • TEXTE Michel de Ghelderode/Josse De Pauw
  • CONCEPTION & MISE EN SCÈNE Josse De Pauw
  • COMPOSITION Jan Kuijken
  • DÉCOR Herman Sorgeloos
  • LUMIÈRES Enrico Bagnoli
  • COSTUMES Greta Goiris
  • COACH DE VOIX Steve Dugardin
  • ACTEURS Ruth Becquart, Stef Cafmeyer, Reinhilde Decleir, Josse De Pauw, Kristien De Proost, Marc De Proost, Steve Dugardin, Philippe Flachet, Katleen Geens (Villeneuve d'Ascq, Douai), Lorenza Goos, Blanka Heirman, Ilse Moors, Els Olaerts, Eva Schram, Pol Steyaert, Freddy Suy, Iris Van Cauwenbergh
  • MUSIQUE (ENREGISTRÉE) Symfonisch Orkest Vlaanderen
  • DIRECTION MUSICALE Etienne Siebens
  • POÈME "Lamento" - "Dichter" (Querido, 1995), Remco Campert
  • ENREGISTREMENT MUSICALE Jarek Frankowski
  • MIX ENREGISTREMENTS MUSIQUE Studio Acoustic Recordings
  • CHEF D'ENREGISTREMENT Filip Rathé
  • COPISTE Wim Hoogewerf
  • TRADUCTION FRANCAISE Monique Nagielkopf
  • CONSTRUCTION DU DÉCOR Les Ateliers Théâtres de la ville de Luxembourg
  • PRODUCTION LOD muziektheater
  • COPRODUCTION Les Théâtres de la Ville de Luxembourg , deSingel Antwerpen, Opera Vlaanderen, Le Parvis scène nationale Tarbes Pyrénées, La Rose des Vents scène nationale Lille métropole Villeneuve d’Ascq, l’Hippodrome Douai, Le Maillon Strasbourg, Palais des Beaux-Arts de Charleroi

Encore plus?

Autres productions en archives